Techniques et examens

Polysomnographie diagnostique

Cet examen permet une analyse complète, qualitative et quantitative, de votre sommeil. Différents capteurs sont installés pour mesurer l'activité électrique du cerveau, le tonus musculaire, le rythme cardiaque, la respiration, le taux d'oxygène dans le sang et les mouvements des membres inférieurs. Un enregistrement vidéo est également nécessaire pour vérifier certains mouvements ou sons (vocalisations ou ronflement). Il s'agit d'un examen « encombrant » mais pas douloureux.

Polysomnographie de titration

Il s'agit du même examen que la polysomnographie diagnostique avec le port de la CPAP. En réalisant cet examen, l'infirmier(e) adapte la pression progressivement pour obtenir le réglage optimal, c'est-à-dire celui qui supprime l'ensemble des évènements respiratoires tout en vous laissant dormir paisiblement.

MSLT

Le test des latences multiples d'endormissement est un examen peu courant car très spécifique. Il ne concerne que certains diagnostics tels que la narcolepsie ou l'hypersomnolence diurne. Cet examen se fait à la suite d'une polysomnographie diagnostique à l'aide d'un appareillage plus léger puisqu'il n'est pas nécessaire d'enregistrer la respiration. A cinq reprises durant la journée, toutes les nonante minutes, la personne doit tenter de faire une sieste pendant un délai de 20 min. On enregistre la présence de sommeil ainsi que la vitesse à laquelle la personne s'est endormie.

Le Somnolter

Il s'agit d'un examen qui prend en compte la partie respiratoire et cardiovasculaire de votre sommeil. Cet examen comporte un enregistrement de votre taux d'oxygène dans le sang, de vos mouvements respiratoires, de votre rythme cardiaque ainsi qu'une mesure spécifique des mouvements d'ouverture de votre machoire. Cet examen n'enregistre donc pas les aspects neurologiques du sommeil. Il est donc réalisé dans un but de dépistage auprès de populations ciblées, par exemple, les patients en vue d'une chirurgie bariatrique, les personnes souffrant de décompensation cardiaques ou ayant eu un accident vasculaire cérébral.

Oxymétrie

Cet examen donne un aperçu du taux d'oxygène dans le sang durant la nuit. La personne doit simplement porter un capteur au bout du doigt pendant toute la nuit. Cet examen est très utile mais peu précis, puisqu'il n'enregistre pas le sommeil. Il est réservé au dépistage, si celui-ci doit être fait plus rapidement qu'une polysomnographie et peut amener à la réalisation d'un examen complet.